L’heure est à la reprise, mais laquelle ?

Et voilà, à 3 semaines de la rentrée scolaire, et même si cette année je ne suis encore concernée que par la rentrée en grande section de mon aînée, je dois aussi me préparer moi, à la reprise du travail.

Et oui car toute chose a une fin, toutes les bonnes choses ont une fin.
Depuis juillet 2017, soit plus de 2 ans maintenant, j’ai la chance d’être avec mes enfants 24H/24H ou presque.

Je peux le dire maintenant, et je ne m’en cache pas, ces 2 années uniquement tournées vers mon foyer ont été sources de bonheur mais aussi de difficultés.

J’ai aimé pouvoir accompagner ma grande pour sa première rentrée scolaire, puis sa deuxième, en allant à son rythme. J’ai eu le cœur déchiré lors du séjour à l’hôpital de Miss A quand j’ai du « choisir », et aussi lors des sorties scolaires auxquelles je n’ai pas pu assister. J’ai aussi souffert de ses crises de Fucking Four/Five, et de son caractère parfois bien trempé. Mais globalement, j’ai pu être présente à 100% pour cette toute nouvelle écolière, lui évitant de fréquenter l’accueil périscolaire et la cantine de son école maternelle (qui en passant est très bien, mieux que ce que j’avais espéré !) et cela est très important pour moi car je partais de loin : je redoutais la scolarisation, l’école. (j’en parle ici)

J’ai adoré voir ma dernière grandir, la voir faire ses premiers pas, être là pour changer toutes ses couches ou presque, la voir évoluer. J’ai cependant eu des doutes sur ce congé parental lorsque qu’elle m’accaparait, pleurant toute la journée pour être dans mes bras. J’ai plus d’une fois pensé à abandonner le navire pour retrouver les « autres » et souffler. Les autres ? Je vous expliquerais plus tard qui ils sont.

Certains jours, j’avais envie de retrouver mon job, ma vie sociale « boulot », même si mes enfants m’apportent une vie sociale qui m’est chère, mon cercle d’amies des « mamans » comme moi présent au quotidien est une source d’aide précieuse. La marraine de ma deuxième poulette, que je retrouve chaque jour pour accompagner les enfants à l’école est une amie et une confidente à laquelle je tiens beaucoup. Il y a aussi les rencontres virtuelles et réelles qui ont découlé de ce blog, des réseaux sociaux, de belles rencontres. Mais j’ai beaucoup souffert du manque de temps personnel. Je voudrais faire des millions de choses, mais le temps me manque, le soir je suis fatiguée, les tâches ménagères sont redondantes (à mort mon lave-vaisselle toujours plein, et mon lave-linge qu’il faut étendre constamment, je vous haie !)

Et nous y voilà, dans moins de 3 mois, début novembre précisément, mon congé parental se termine.

Moi l’animatrice, la directrice, je dois retourner au boulot, auprès des « autres » enfants (les voici les autres dont je parlais ci-dessus – ça n’a rien de péjoratif rassurez-vous !). Comme on me le demande souvent « mais tu feras quoi après ? », sachez que mon post m’attend, je n’en parle pas souvent sur les réseaux sociaux, car je préfère garder l’anonymat, le monde étant tellement petit.
Depuis 10 ans bientôt, je suis animatrice, désormais même directrice, auprès de structures pour enfants.
Accueils périscolaires (dans les écoles), accueils de loisirs, colonies de vacances, depuis 10 ans, je suis auprès des enfants. Avant de partir en congé maternité, je dirigeais un accueil périscolaire, je travaillais avant et après l’école, autant vous dire que ce n’est pas ultra compatible avec des jeunes enfants (la première année de ma grande je l’a voyait moins de 30 minutes les jours où je travaillais !).

Quand ma grande est née, j’ai repris à ses 3 mois et je me suis dit « je fais garder ma fille pour m’occuper de ceux des autres ». Alors pour sa petite sœur, j’ai décidé de prendre ce congé parental même si cela devait être un sacrifice financier pour notre famille.
Mais au regard des économies de frais de garde, de frais de cantine, de frais de transports, et du confort d’avoir une maman disponible, je crois que c’est un sacrifice qui valait le coup !

Ce congé parental malgré ses quelques moments de doutes, m’a aussi conforté dans le fait que j’aime être auprès des enfants, m’occuper d’eux, leur faire découvrir des choses. J’ai aussi approfondi ce que je ne voulais plus, je n’ai pas envie de retrouver les écoles « usines » dans lesquelles j’ai travaillé, je n’ai pas envie de retrouver mon amplitude horaire de malade, mes heures découpées et surtout décalées avec mes enfants. J’ai cependant envie de continuer auprès des enfants car c’est ce que j’aime !

Alors voilà, en novembre, je reprends le travail, mais je change de métier.
J’ai sauté le pas en début d’année, mais je n’ai pas voulu en parler tant que je n’étais pas sure, tant que mes proches n’étaient pas au courant, et qu’on était pas près du but !

En novembre, si tout va bien, je deviendrais

Assistante maternelle

Ma demande d’agrément a été validé avant l’été, mes dates de formation sont bookées, c’est la toute dernière ligne droite avant de pouvoir commencer, mais je pourrais vous en reparler si cela en intéresse certain !
Le dernier point c’est notre maison, enfin plutôt notre jardin, avec quelques travaux à faire ! Heureusement je peux compter sur mon allié, qui me soutien dans ce changement depuis le début, mon chéri ! Je sais qu’il croit en moi, et qu’il fait tout ça pour notre famille.

Et voilà, je vous ai tout dit, je me suis confiée car depuis plusieurs semaines, je ne peux pas en dire trop, mais j’avais envie d’en parler quand même ! Et pour ceux qui se demanderait suite à mon post sur Instagram concernant mon courrier de prolongation, j’ai prolongé mon congé parental auprès de mon employeur actuel, car cela est possible dans ma convention collective d’aller jusqu’aux 3 ans de l’enfant. Et assistante maternelle est le seul métier que l’on peut occuper en étant en congé parental. Ça me permet de garder une issue au cas où je ne trouverais pas de contrat ou autre (mais je n’envisage pas de revenir ).

Est-ce qu’il y a des assistantes maternelles dans la salle ?
Je serais curieuse de faire connaissance et d’échanger sur le sujet !

Crédits photos : Pixabay


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.